La première fois avec la grand-mère

J’ai grandi en tant qu’enfant unique, choyé, dorloté et protégé de la laideur de la vie par ma mère, mes grands-mères, mes tantes et ainsi de suite. Lorsque j’ai finalement réussi à sortir la tête de mon cul et à commencer à faire les choses par moi-même, non sans devoir me battre pour arracher des bribes de liberté avec les dents, j’ai découvert que je ne suis pas aussi parfaite que je le pensais. Je suis un beau garçon selon tous les critères et les filles ne fuient pas, au contraire, si je les invite, elles disent même oui.

Ces derniers temps, je suis même assez recherché, mais j’ai un complexe qui me taraude. Je me suis récemment inscrit dans une salle de sport et là, en voyant d’autres hommes, garçons et autres, nus, je me suis rendu compte que j’ai une petite bite ! Maintenant, je vis avec le complexe d’en être informé et d’être pointé du doigt dans la rue. Cela me rend aussi grincheux et différent du Paolo que tout le monde connaît. Il y a quelques jours, je suis rentré de la salle de sport, où je venais de jeter un coup d’œil aux bigoudis pendants et de les comparer mentalement avec mon petit tas de peau caché parmi les cheveux.

Quand je suis rentré chez moi, je me suis dirigé vers la salle de bain pour une sacro-sainte douche. Je ne le faisais pas à la salle de gym précisément parce que j’avais honte. Et là, je trouve ma grand-mère. Ester, une Romagnole sanguine, toujours prête à plaisanter et à s’amuser. Ma grand-mère préférée. Elle venait de terminer son bain et finissait de se retoucher, son peignoir ouvert sur ses gros seins et sa touffe encore sombre.
« Désolé grand-mère, j’étais sop****nsiero.

Si tu as fini, je vais prendre un bain aussi.

« 
« Allons, allons, qu’ai-je fait ? Comment ça s’est passé aujourd’hui ? »
« Comme d’habitude. Grand-mère, tu sais que tu as toujours les plus beaux seins du monde ! »
Je l’embrasse sur la joue et pendant ce temps je lui donne une bonne caresse d’une femme mûre mais toujours un plaisir à ravir.
« Va, va, embrasseur ! Va regarder les seins des filles, pas les miens qui sont vieux ! !! ».
Mais je sais que ça lui a plu. C’était un vieux jeu entre nous et elle n’avait jamais reculé.

« Ouais, j’aimerais que les filles en aient comme les tiens ! »
Je la soulève et embrasse son téton, puis j’ouvre l’eau et commence à me déshabiller pendant qu’elle finit de se crémer et que nous parlons de ceci et de cela. Soudain, nu, debout dans la baignoire, je lui demande :
« Grand-mère, tu penses que ma bite est petite ? »
« Et d’où te vient cette idée ? »
Je lui fais donc part de mes doutes et de mes angoisses tandis qu’elle lave ma sciène et mes cheveux comme elle l’avait fait d’innombrables fois auparavant.

Une fois rincée, elle me remet debout.
« Voyons voir. Vous dites qu’il vous semble petit. Mah !!! Vu comme ça, bien caché, il pourrait en avoir l’air, mais je suis sûr que si on le laisse lever la tête… Là, tu vois ? Pour moi, ça ressemble à un bel oiseau normal. Ton grand-père était comme ça aussi, plus ou moins. Ne bougez pas. Mmmmm, tu sais que ça fait un moment que je n’en ai pas eu une en érection ?
« Grand-mère, viens ! Tu me fais honte ! »
« Quel embarras ? Tu me poses des questions bizarres et j’essaie de te donner une réponse.

Mais si je ne regarde pas, comment le saurais-je ? »
« Oui, cependant, si tu continues comme ça, I….. es-tu sûr que ce n’est pas petit ? »
« Paolino, c’est sûr que ce n’est pas un bazooka, mais d’après mon expérience, et je dois te dire que dans ma vie de ces choses-là, j’en ai vu ma part, je te dis que c’est parfaitement normal. « 
« Vous en avez vu beaucoup ? »
« Eh bien, en tant que fille, j’ai grandi à la campagne et à l’époque, la promiscuité était un peu plus grande que maintenant.

Voyons voir : père, grand-père, oncle, deux frères, quelques cousins, puis deux petits amis. Puis ton père et quatre autres enfants, et maintenant il y a toi et tes cousins. Qu’en dites-vous, assez ? Cela ressemble à un bel échantillonnage ornithologique pour moi ! !! »
« Grand-mère, c’est bon, je te crois. C’est normal. Mais alors pourquoi les autres ont toujours l’air plus grands ? »
« Mais, c’est peut-être parce qu’ils sont un peu timides quand ils sont en public. Vous les hommes, vous avez tous un complexe de la bite ! !! Comme si c’était important.

Ecoute, si une fille t’aime bien, elle se fiche que tu sois un acteur porno. Et ce truc dans ma main est génial pour ce qu’il est censé faire. Rendez une fille heureuse et mettez des bébés dans son ventre. En fait, pendant que nous y sommes, voyons un peu de production !!! »
« Grandmaaaa. Que faites-vous maintenant ? »
« Eh bien, ce que tu fais toujours toi-même. Allez, je veux voir. Ça ne vous dérange pas, n’est-ce pas ? Après tout, c’est toi qui as commencé.

Lire aussi :  Moi, Letizia (la mature) et ma meilleure amie

« 
« Oui, mais je viens de te poser une question, je ne voulais pas que tu… oohh… grand-mère, attention, grand-mère, uuuhhh…. ici, grand-mèreaaaa !!! »
« Uhhh, bon garçon Paolino, mmmmmm, c’est beaucoup !!! Oui, oui, il y a tout ici pour qu’une fille s’amuse et qu’une femme soit heureuse. Tu n’as vraiment pas à t’inquiéter ! »
« Waoh Grand-mère, tu as rendu mes jambes molles ! »
« Oui, oui, je t’ai bien fait jouir ! !! Tu étais vraiment plein, hein ! Bien, maintenant rincez-vous. « 
J’obéis et, en attendant, je la regarde.

Elle a une main en coupe où elle a recueilli tout mon sperme. Elle le touche avec son doigt, le sent, puis porte son doigt à sa bouche et le goûte. La robe de chambre s’était à nouveau ouverte sur ses seins et ses tétons étaient durs. Elle voit que je la regarde. Elle sourit, en se léchant le doigt.
« Mmmm, je regarde juste que tout est normal. « Elle se lave les mains. Puis elle suit mon regard « Mais alors tu es en colère contre mes seins aujourd’hui ! ». Elle les soulève, effleurant de ses doigts ses mamelons durs.

« Tu veux jouer un peu avec eux ? Tout ce travail sur l’oiseau m’a un peu réchauffé. Les grands-mères sont aussi des femmes, vous savez ! !! Ne pensez pas qu’elle est en bois ! !! De plus, je suis déjà veuve. Tu crois que je n’ai pas envie de jouer aussi ? Je ne suis pas si vieux, tu sais ! »
Je la regarde, un peu abasourdi, alors qu’elle continue son discours. Je me rendrais compte plus tard qu’elle se créait un alibi.

Tout ce que je peux voir à ce moment-là, c’est que son peignoir est ouvert, que ses mains tirent sur ses tétons, qu’elle est devenue rouge et que sa voix est plus rauque. Tout ça m’excite comme un fou. Je sors de la baignoire et la serre dans mes bras, en l’embrassant dans le cou.
« Grand-mère, c’est moi qui avais besoin de réconfort avant. Maintenant, je suppose que c’est à mon tour de te réconforter. « 
« Paolino », mais qu’as-tu compris ? I… »
Sentir son corps nu contre le mien me donne un autre coup de fouet.

Je tends la main vers son sein libre. Cette fois, elle ne rit pas mais ouvre grand les yeux. Le petit oiseau se remet à voler. Devant lui, il a son nid naturel. Je sens sa fourrure sur le bout et elle le sent aussi. C’est à son tour de tendre la main.
« Mon Dieu Paulinus ! Je suis ta grand-mère ! Je suis vieux…. « 
Mais la main sur la bite ne s’enfuit pas, en fait elle la frotte contre le buisson. Je relève la tête et attrape l’autre sein, en la regardant dans les yeux.

Je suis un peu plus grand qu’elle.
« ….., ce n’est pas juste. Il y a des jeux que l’on doit jouer avec des filles ! »
« Tu as dit que tu avais chaud, tu n’es pas en bois ! Grand-mère, tu es magnifique. Les filles que je connais ne sont pas aussi belles que toi. « 
« Oui, j’ai déjà entendu cette chanson. Je parie que vous le dites à tous. N’est-ce pas, coquin ? Oh mon Dieu Paulinus, je… je ne sais pas… tu me fais perdre la tête ! ».
« Allez, apprends-moi à jouer avec une vraie femme ! »
« Oh, mon Dieu, qu’est-ce que tu me fais faire ? ! Dieu me pardonne, mais tu réveilles des choses que je croyais endormies pour toujours ! Très bien ! Allons par là.

« 
Je la suis avec ma bite droite pendant qu’elle continue à gémir « mon Dieu ». Dès qu’elle entre dans la pièce, je m’approche, par derrière je lui enlève sa robe de chambre. Elle se fige. Toujours par derrière, je la serre dans mes bras, pour qu’elle le sente entre ses fesses beurrées. Je grignote son cou et ses oreilles et pendant ce temps, je saisis ses deux seins, les pétrissant joyeusement. Elle gémit et se penche sur moi, puis se penche en arrière sur le lit en poussant ses fesses contre moi. Je ne me souviens pas avoir jamais eu la vie aussi dure.

Je laisse ses seins durs et l’attrape par les hanches. Ma bite s’enfonce entre ses fesses, elle ouvre ses jambes et, la prenant d’une main, elle commence à la balayer de haut en bas le long des lèvres de sa chatte, gémissant à chaque passage. Je prends ses fesses dans mes mains. Elle a toujours un gros cul, Mamie. Chaque fois que mes mains les ouvrent, elle me salue avec son œil d’un beau brun latté.

Lire aussi :  Histoire de sexe provincial

Cet œil qui semble me regarder, suivre mes mouvements, est très attirant pour moi. Le trou du cul. Qui aurait cru que c’était si intéressant. Elle est si humide que ma bite glisse rapidement entre ses lèvres.
« Tu veux baiser grand-mère ? »
« De quoi tu parles, Pauline. Baiser grand-mère ? Tu veux tremper le biscuit, hein ? Tu n’as jamais fait ça, n’est-ce pas ? Tu ne l’as jamais mis dedans, n’est-ce pas ? »
« Non, grand-mère ! Je n’ai jamais baisé ! »
« Ah toi, coquin ! Tu m’as vraiment mis dans le pétrin ! !! Mais regardez ce que je fais à mon âge ! »
« Allez, grand-mère ! Après tout, ça fait longtemps que tu n’as pas été baisé aussi, n’est-ce pas ? Je promets que je ne le dirai à personne ! »
« Et oui, tout ce que j’ai à faire, c’est de le dire aux gens.

Tu as raison, tu sais. Ça fait longtemps que je n’ai pas eu ce sentiment, cette envie. Je pensais que ça n’arriverait plus jamais, et pourtant tu es là, à tout gâcher. Pour me rappeler que je suis toujours une femme, avec des désirs de femme. Mmmmm Paolino…. venez donc. Viens, grand-mère va te réchauffer. Tu veux baiser ? Allez, mets-le ! Doucement, doucement, calmement… laissez-moi m’installer. Viens sur moi. C’est tout. Vous voyez, c’est au bon endroit ! Allez, enfoncez-la ! Ooohhh, mmmmmm, Paolino c’est bien ! Tu me fais revivre.

J’avais oublié ce que ça faisait d’avoir une bite à l’intérieur. Allez, maintenant. Dépêchez-vous. Baise-moi. Oui, c’est ça, allez Paolino, baise la grand-mère ! Mmmm, j’adore ça ! Et vous ? Tu aimes baiser ? »
« Oh mon dieu grand-mère, c’est magnifique. Tu es tout chaud et ….. mouillé ! Je ne te fais pas de mal, n’est-ce pas ? »
« Non, non, allez Pauline, c’est pour ça que c’est fait ! ». Siiii, allez, bang !!! Remplissez-moi de crème. Oooohh oui Paolino, siiii, je te comprends ! Donnez tout à moi, donnez tout à grand-mère ! Ma chatte a été abstinente pendant trop longtemps.

Allez maintenant, oui maintenant. Nowooooooo ! !! Uuaagggggrrrrrhhhh !!! »
La première baise de ma vie ! !! Et j’ai fait venir grand-mère. Je me sens vraiment macho et pendant un moment, j’oublie que ma bite n’est pas vraiment comme les autres.
Bien sûr, l’expérience m’a enthousiasmé et, dès que j’en ai l’occasion, j’essaie de la renouveler. Grand-mère fait quelques histoires au début, mais elle se révèle ensuite très réceptive et volontaire. Quelques semaines et elle n’essaie même pas de dire non.

Elle pensait que lorsque la nouveauté serait passée, je me calmerais, mais j’en ai toujours envie, et elle acquiesce. Si ça se passe vraiment mal et que le temps est compté, on a droit à une bonne pipe. Grand-mère suce des bites comme si c’était la plus belle chose au monde. Elle adore ça. Elle le lèche de haut en bas et quand elle prend les couilles dans sa bouche, elle en met partout sur son visage. Bien sûr, elle m’a appris à lui lécher la chatte, ce que je fais souvent avec beaucoup d’enthousiasme.

Ce qui m’énerve le plus, cependant, c’est son cul. Elle en a un joli beurre, avec cet œil sombre au milieu. Un jour, j’en profitais en levrette. L’œil entre ses joues de cul s’ouvrait devant moi. Une attraction fatale. Je le touche avec mon doigt, je le sonde. Elle a l’air d’aimer ça. Je mets mon doigt dans son corps et elle commence à apprécier. Alors un après-midi, je lui demande :
« Grand-mère, je peux le mettre dans ton cul ? »
« Hé, d’où te vient cette idée ? »

« Nulle part.

Ça fait un moment que j’ai envie de le coller là-dedans quand je te vois. Vous me laissez faire ? »
« Paulinus, mais ce n’est pas normal, tu sais, de baiser la mamie ! »
« Eh bien, d’ailleurs, ce n’est pas si normal de la baiser non plus ! »
« Ouais…. si vous le voyez de cette façon ! »
« Allez, mets-toi ça dans le cul ! Je sais que vous le faites. Je l’ai vu dans des films de famille et les gars en parlent beaucoup ! »
« Ouais, je suis sûr qu’ils le font.

Ils en parlent parce qu’ils ne le font pas ! !! Tu sais, ton grand-père aimait faire ça comme ça. C’était quelque chose de spécial pour nous deux. Je me suis senti si… lui !!! »
« Grand-mère ! !! Allez, ne sois pas triste ! Je sais qu’il vous manque beaucoup. Mais, peut-être que si tu le fais avec moi, peut-être que tu te rappelleras quand tu l’as fait avec lui. Ce sera génial, tu verras ! »
« Paolino, je pense que si tu parles à tout le monde comme ça, il n’y aura plus personne pour te dire non.

D’accord, vous m’avez convaincu. Viens, grand-mère va te montrer l’entrée de derrière ! »
« Merde, vraiment ! !! Tu me laisseras le mettre dans mon cul ? Whao… Je ne l’espérais vraiment pas. Regardez ! Je bande rien que d’y penser. « 
« Espèce de coquin ! Tu as toujours la gaule ! Mais attendez. Je dois d’abord aller me préparer. Tu ne peux pas baiser une dame comme ça, à l’improviste ! »
« Et pourquoi pas ? »
« Parce que vous seriez tristement rappelé aux fonctions naturelles.

Lire aussi :  Un soir à la piscine (histoire de sexe)

« 
« Mamie ! !! »
« Paoloooo ! !! Vous avez demandé et j’ai répondu. Donc, soyez sage pendant dix minutes et ensuite….. est tout à vous !!! »
« Le cul » ? Promis ? »
Grand-mère disparaît dans la salle de bain. Je me déshabille et vais l’attendre dans la chambre. Je me regarde dans le miroir. Non, je ne suis pas moche. J’ai un bon physique, bien que…. mais je parais toujours plus petit que les autres.
Grand-mère revient. Elle porte sa robe de chambre, mais elle l’enlève tout de suite. Elle sait que j’aime la voir nue.

Elle me regarde pendant que je me caresse.
« Tu es un vrai porc, tu sais ? Demander de telles choses à Grand-mère ! Viens, laisse-moi le sucer un peu, ça me met de bonne humeur. « 
Elle s’allonge et je m’agenouille à ses côtés, juste à portée de sa bouche. Pendant qu’elle prend plaisir à me sucer, j’en profite pour glisser ma main entre ses cuisses. Même si j’avais des doutes, je les ai immédiatement levés. Trempé. Mes doigts la fouillent et elle gémit, gémissant avec ma bite dans sa bouche.

Je la masturbe avec trois doigts, puis avec quatre. Ils entrent comme une merveille. Avec mon pouce, je m’occupe de son clitoris. De temps en temps, elle le soulève de sa bouche et s’exclame « Cochon ». Puis elle se décide.
« C’est maintenant ou jamais ! Allez, fais ton devoir ! »
« Mais… tu ne veux pas te retourner ? »
« Non, je veux te regarder dans les yeux pendant que tu oses enculer ta mamie ! ». Je lève juste un peu les jambes. Voilà. Tu peux le voir ? »
« Oh oui, je le vois ! Le plus beau trou du cul du monde et maintenant il sera à moi !!! »
Je m’assois entre ses cuisses.

Elle soulève ses jambes et les pose sur mes épaules. Je pointe et je pousse. « Doucement, doucement », elle fait, mais c’est déjà dedans. Dans comme une baguette de pain dans le thon. Pas de douleur. Je t’ai dit que c’était petit, n’est-ce pas ? En fait, Grand-mère commence à l’apprécier tout de suite. Je me mets à la pomper pendant qu’elle crie, halète et râpe sa chatte. Le cul est merveilleux. Elle l’attrape dès que je suis en profondeur et la trait dès que je la retire.

Il semble doté d’une volonté propre.
« Grand-mère est magnifique. Vous aimez ? Est-ce que je te baise bien ? Mmmm, j’adore ça. On dirait une bouche. Je ne savais pas que c’était si bon dans le cul ! »
« Uuuuggggghh, tais-toi !!! Tais-toi et pompe ! Laisse-moi sentir tout ça à l’intérieur. Siiii, bang me, break my ass, come on, come oniiiii !!! Siiii, enjoyooooo, siiiiii, come on, more, daiiiiiiiii !!! »
Je suis tellement concentrée sur ce que je fais et sur la façon dont il en profite, un orgasme après l’autre, que j’en oublie presque de jouir.

Je pompe joyeusement pendant un moment, puis soudain, inattentivement, elle est là, bouillonnant dans mes couilles et débordant impétueusement. Un jaillissement volcanique, une éruption puissante et copieuse. Je rugis en me vidant à l’intérieur d’elle alors qu’elle me serre dans un autre orgasme.

Le cul, la bouche et la chatte de Mamie m’ont « consolé » pendant tout le reste de mon adolescence et même au-delà ! Chaque fois que je me sentais un peu déprimé, elle était là, toujours prête à me « consoler ». En même temps, j’ai accepté ma bite qui, oui, est en dessous de la moyenne, mais elle fonctionne parfaitement et a rendu plus d’une jeune fille heureuse.

En même temps, j’ai rencontré ma femme avec qui j’ai maintenant deux enfants. Une relation ouverte et belle, sans complexes. Je ne me suis jamais plaint de ma taille.
Demain, c’est son anniversaire. J’ai décidé de la faire sortir. Après le dîner, nous ferons un petit tour dans la salle privée.
« Chérie, j’ai appelé Gianni, il sera là aussi !… »
Gianni est un jeune homme doté d’un a****letto d’environ 24 centimètres.
« Love…. tu sais vraiment quoi donner à une femme !!! »

Dédié à tous ceux qui ont un complexe du zizi, aux dames qui jouent avec, à ceux et celles qui ne les aimeraient que grands et à ceux qui disent que la taille n’a pas d’importance ! !!
Et à toutes les grands-mères, tantes, mères, qui nous réconfortent… toujours ! !!

La première fois avec la grand-mère
Retour en haut