Histoire de sexe provincial

J’ai 42 ans et je suis toujours une belle femme. Né dans le Sud, j’avais fait des études d’enseignant puis suivi des cours d’anglais mais, malgré mon excellent cursus, je n’ai pu trouver de place dans aucune école . Je me suis mariée jeune et puis, pendant des années, j’ai travaillé dans une usine de chaussures jusqu’à ce que mon mari soit transféré dans le Nord. Cette histoire commence il y a quelques années… Ma fille était maintenant adulte (20 ans) et étudiait à l’université. Mon mari et moi avions acheté une maison endettée jusqu’au cou jusqu’à ce que deux choses se produisent : l’entreprise où je travaillais a fait faillite et mon mari a eu une crise cardiaque qui l’a emporté dans sa tombe. Veuve et endettée, j’avais cherché en vain un travail jusqu’à ce que je trouve enfin un bon travail dans les bureaux comptables d’une usine textile. Mon entreprise avait un seul propriétaire qui avait imposé un règlement d’entreprise très strict, et j’avais souvent vu des ouvriers, des ouvriers et du personnel de bureau être pénalisés pour ne pas avoir respecté les règles. Les sanctions allaient des réprimandes verbales aux lettres de réprimande, en passant par les suspensions de travail et il y avait même des licenciements pour les infractions les plus graves. Moi, embauchée il y a quelques mois, je n’aurais pu me permettre aucune sorte de sanction : veuve et criblée de dettes, il me fallait le moindre euro pour que ma fille Francy continue ses études. Maintenir le salaire et l’emploi était la chose la plus importante ! Un collègue m’a alors mis en garde contre deux personnages ; en particulier pour nous employés, il y avait M. Franco, l’expert en électronique, en charge des PC bureautiques et des machines électroniques de l’atelier. M. Franco était également chargé de vérifier le personnel et de signaler tout ce qui arrivait au propriétaire. À son tour, il a obtenu l’aide de M. Giorgio, chef de service. Deux vrais espions donc, qui gardaient tout le monde sous leurs yeux constamment prêts à signaler la moindre infraction. Ce jour-là, j’étais récemment arrivé au bureau, comme d’habitude à l’avance, et après avoir démarré le PC, j’ai ouvert l’e-mail pour tous les messages de nos clients ou fournisseurs. Il y avait une dizaine de messages, dont un avec une pièce jointe. J’ai oublié M. Franco de ne jamais ouvrir de messages avec des pièces jointes sans l’en avertir au préalable. C’était un moment… et la pièce jointe ouverte était le véhicule d’un virus qui a immédiatement infecté mon PC ! J’ai paniqué! je ne savais pas quoi faire ! En un instant, j’ai réalisé que mon travail était en danger ! Que faire? Je pensais que le seul moyen que j’avais pour résoudre le problème était de demander à M. Franco autant que je le craignais et le repoussait. C’était un homme hideux d’environ 55 ans, grand et gros, je suppose 100 kg, des cheveux gris et un visage toujours contracté dans une grimace méprisante. Souvent ses yeux s’arrêtaient sur nous les filles et quand ça m’arrivait il me mettait mal à l’aise. Le même personnage, un peu plus maigre, était son bras droit, M. Giorgio, tout aussi désagréable en apparence et en regard avec la caractéristique commune de l’autre étant un homme grossier et vulgaire. J’étais pâle et j’avais des sueurs froides quand je me suis dirigé vers M. Franco, je l’ai vu devant la porte parler à un collègue et boire du café. Je m’approche timidement et l’appelle. « … Que faites-vous ici ..? Qu’est-ce que tu veux..? tu ne vois pas que je parle ? » répondit-il sévèrement. « … Euh… j’avais vraiment besoin de lui dire quelque chose… » « … eh bien… alors dis-lui que c’est quoi ! Quoi de neuf? » il a appuyé encore plus bourru ! « … j’avais besoin de le dire en privé… » « ..en privé ..? d’accord…! allez à mon bureau j’arrive… » Je suis allé à son bureau et je suis entré ; Je n’osais pas m’asseoir et l’attendais debout près de la pièce. J’ai regardé autour de moi et j’ai réalisé que c’était un bureau en désordre, plein de la puanteur de la fumée et de l’odeur de cet homme. Au bout d’un moment, il entra, fermant la porte derrière lui. Assis à son bureau, il m’a demandé grossièrement ce que je voulais de lui; d’une voix tremblante, je racontai ce qui m’était arrivé. Dès que j’ai eu fini, il s’est levé en claquant une main sur la table et a commencé, comme à son habitude, à crier des malédictions et des insultes sans répétition, concluant qu’avec ces dommages au PC, mon lieu de travail manquait d’heures. Alors qu’il criait, mes yeux s’étaient remplis de larmes mais, avec cette dernière phrase, j’ai éclaté en sanglots, le suppliant de m’aider. Il se redressa. Calmement retrouvé, il me demanda : « … et si je t’aide… qu’est-ce que je gagnerai ? » « ..s’il vous plaît! Je ferai tout ce qu’il voudra, mais aidez-moi ! » dis-je désespérément. « Hé… fais attention… tu as dit tout ce que je voulais ! Une phrase importante ! Es-tu sûr de ce que tu dis ? » « … S’il vous plaît… Je ne peux pas perdre mon emploi… Je suis une veuve pleine de dettes pour la maison ! Ma fille étudie… Nous serions ruinés ! … Je ferai tout ce qu’il voudra si ça m’aide à régler le problème ! » Puis M. Franco s’est levé, s’est approché de moi et baissant la voix a fait ses demandes… « Écoute… bébé… avec ce regard de nonne… tu aurais un moyen de me le faire oublier… et de réparer ce pc. Vous devez savoir que mon frère et moi, ainsi que M. Giorgio, sommes passionnés de photographie et de petits films… et… si… vous êtes prêt à le faire…. quelques photos…. et une vidéo… je vais tout arranger comme si de rien n’était ! …garanti! » J’ai eu le souffle coupé… et… et j’ai demandé « quel genre de film? ». Il a poursuivi… « tu viens chez moi, on te fait une belle interview devant la caméra, tu réponds aux questions, et puis on te demande de faire certaines choses… et si tu fais tout ce qu’on veut et si le film tourne bien, tout est oublié. Rappelez-vous que vous devez TOUT faire pour que je fasse ce travail sur le PC et couvrez-vous de votre tête ! » et en disant cela je tends la main vers le col de ma chemise, l’entrouvre légèrement, pour me faire comprendre ce que j’aurais plus ou moins dû faire. « Je dois… me déshabiller… devant toi… et puis aussi faire des choses avec toi… ??? !!! non … non … je ne veux pas … je ne peux pas !!!!  » « Fais ce que tu veux… stupide ! Mais pensez-y ! le patron ne vient pas l’après-midi… vous avez le temps toute la journée d’y penser.. si vous n’acceptez pas demain il saura tout… et maintenant sortez d’ici ! Tu m’as déjà assez énervé ! ». Je suis retourné au travail confus et inquiet. J’avais des maux d’estomac et des maux de tête à cause de la tension. De plus, mon PC était arrêté et je ne savais pas quoi faire. J’ai passé toute la matinée en crise et je n’ai rien fait d’autre que réfléchir à ce qu’il fallait faire pour sortir de ce pétrin. Que les deux vilains voyous me rendaient malade et en colère, j’imaginais que même le frère de M. Giorgio n’aurait pas été différent sinon pire. Je commençais à penser que je pourrais peut-être essayer d’accepter d’aller faire cette interview et ce film ; s’ils m’avaient demandé de faire des choses dont je n’avais pas envie… je me serais enfuie ! Je me levai et allai frapper à M. Franco. Sans avoir le courage de le regarder, j’ai dit que sa proposition me convenait tant qu’il ne s’agissait que de photos. Aucune implication sexuelle !!  » Très bien !!! ! Bien sûr: juste des photos et une vidéo … pas de trucs porno … juste sexy ,,, vous avez ma parole. Et personne ne vous tordra les cheveux… Nous ne sommes pas des criminels… Aujourd’hui dès que nous partons d’ici nous allons chez moi à la campagne… venez vers 17h45, nous aurons donc tout l’après-midi jusqu’à l’heure du dîner à vous consacrer . Il y aura toi, moi, mon frère et Giorgio. et ne vous habillez pas trop, changez-vous à midi ! » Il m’a expliqué comment se rendre à la maison et m’a laissé sortir de son bureau. J’étais seul à la maison pour le déjeuner. Ma fille ne revenait qu’après le dîner . Assis à table, le ventre fermé par la tension et les pensées, je ne pouvais rien manger. Avant de partir pour retourner travailler, j’ai changé. Ils m’ont dit de m’habiller légèrement, mais j’ai décidé de ne pas m’habiller trop différemment de d’habitude : une robe en coton noir qui m’arrivait aux genoux avec une fermeture éclair dans le dos et une veste en coton pour couvrir mes épaules ; sous un débardeur léger, des bas et un soutien-gorge. M. Franco ne m’a pas prêté la moindre attention dans l’après-midi. Cependant, j’ai remarqué qu’à 16 h 30, il quittait l’entreprise avec M. Giorgio. Quand je suis arrivé, je les ai vus dans la cour de la maison qui s’occupaient d’outils agricoles. Il était facile de voir que le troisième homme était M. Franco : très semblable à lui dans la carrure et les traits du visage, plus âgé, peut-être encore plus désagréable à cause du maillot de corps sale et du vieux pantalon qu’il portait. « Te voilà !! … bon … ponctuel … allez, commençons maintenant  » Je les ai suivis comme en transe … comme si elle était quelqu’un d’autre et pas moi, avec ces hommes, à cet endroit, sur le point de faire des choses que je n’imaginais même pas. C’était une maison de campagne isolée et il était évident qu’aucune femme ne s’en occupait. Il y avait beaucoup de désordre dans le hall et dans la cuisine, mais ils m’ont fait monter les escaliers jusqu’à une immense pièce sombre, je pense juste au-dessus de la grange. Ils ont allumé les lumières et la pièce s’est éclairée avec des projecteurs comme s’il s’agissait d’un studio photo. Les murs étaient blancs, d’un côté il y avait un canapé plein de taches de l’autre une télévision et quelques appareils d’enregistrement avec des dizaines de cassettes à proximité, puis il y avait un lit adossé au mur, double, avec des draps qui ne rentraient pas. changé qui sait quand; en plus de plusieurs projecteurs encore éteints, il y avait deux caméras sur un trépied dirigé vers le lit et une autre placée sur le canapé relié à la télévision. Il y avait aussi deux caméras. « As-tu vu à quel point nous sommes bons ? Vous aimez notre studio de tournage ? Êtes-vous excité? Tu ne parles pas? Viens et laisse-moi te présenter mon frère Achille ». Il vint à ma rencontre avec un étrange sourire, me serra la main et tendit la main pour me caresser la joue. Instinctivement, j’ai essayé de me retirer. « De quelle belle peau douce et mignonne as-tu peur ?… Je ne te mange pas !!! !! » Je rougis et baissa les yeux. Cette main énorme et rugueuse de paysan m’avait presque réveillé de ma transe et je me suis rendu compte que j’étais seul entre les mains de trois hommes hideux. Je me suis préparé, je ne voulais pas perdre mon travail ! « Commençons! » M. Giorgio a dit et s’est tourné vers moi, il a dit « tu te tiens là devant le lit, j’allume les projecteurs et pendant ce temps je lis cette feuille que tu dois ensuite lire à haute voix devant la caméra et la signer…. si vous ne le signez pas et ne le lisez pas à haute voix, vous pouvez partir et demain nous irons voir le patron.  » Pendant que je lisais le journal, ils se sont assis sur le canapé et les projecteurs ont illuminé la pièce d’une lumière chaude. En pratique, j’ai lu que j’avais déclaré que c’était moi qui avais demandé à venir dans ce « studio ciné-photographique » pour passer une audition et me tester en tant qu’actrice et que j’étais également consciente du contenu érotique des plans pour lesquels je était tout à fait consentant ; alors je devrais signer devant la caméra. Je ne comprenais toujours pas vraiment tout ce que j’aurais dû faire ; le mot contenu érotique avait pour moi un sens très vague. J’étais toujours convaincu qu’ils ne prendraient que quelques photos et me tireraient dessus avec une partie de mon corps découverte. Giorgio a allumé les caméras sur les chevalets et a pris celle sur le canapé, Franco a allumé la télévision pendant qu’Achille me regardait assis sur le canapé. « Maintenant, l’entretien commence, nous posons des questions et vous répondez. Je répète que si le film est bon, l’affaire du PC est complètement résolue. D’accord?  » J’ai répondu oui d’une voix faible. Franco a poursuivi « Bientôt il va faire chaud ici avec toutes ces lumières, nous ferions mieux d’être un peu plus légers tous… vous enlevez cette veste mademoiselle ! » En fait, il faisait terriblement chaud et je transpirais, alors j’ai enlevé ma veste et, ce faisant, j’ai remarqué que les trois hommes enlevaient leurs chemises, restant en maillot de corps. Les deux frères étaient gros, gros et poilus et transpiraient, Giorgio était un peu plus maigre mais lui aussi transpirait. Ils m’ont rendu malade ! Giorgio a pointé la caméra vers moi et a commencé à filmer ; il me fit signe de lire ce qui était écrit sur la feuille ; J’ai hoché la tête et j’ai remarqué que je pouvais me voir à la télévision. Je suis devenu encore plus gêné mais ensuite j’ai commencé à lire, un peu d’une voix tremblante mais d’un seul souffle. Il est venu avec une caméra et un stylo et m’a filmé alors que j’étais accoudée sur le lit et que je signais « ma » déclaration « spontanée ». Peu de temps après, ils ont commencé à me poser les questions : « Reste assis sur le lit ! Paola…? » « … Paola » « quel âge as-tu ? » « … dans deux mois j’aurai 42 ans » « êtes-vous marié ? » « … veuve… » « … as-tu des enfants? » « … oui un… étude » « Aviez-vous eu beaucoup d’hommes avant votre défunt mari ? « Non … non … nous nous sommes rencontrés quand nous étions enfants et nous nous sommes fiancés » « … alors tu n’as baisé qu’avec lui, … et personne d’autre … ?? » “…. avec personne d’autre…  »  » … et tu aimais baiser avec lui ? … il t’a bien baisé ?  » Je suis devenu rouge et je n’ai pas répondu. « … Alors qu’est-ce que tu fais, t’es con… ton cher mari t’a bien baisé ou pas ? « … Oui… oui… je pense que oui… nous nous aimions ! « Je ne t’ai pas demandé s’il t’aimait !! Je veux savoir si vous avez apprécié ! Combien de fois t’a-t-il baisé et quand il t’a monté, a-t-il mis beaucoup de temps à jouir ou est-ce qu’il a joui en trois minutes ? Cette façon de parler vulgaire m’a mis dans l’embarras, je n’ai pas utilisé certains mots : « … on l’a fait le samedi quand il n’était pas fatigué… je ne suis pas très doué pour ces choses… et puis … oui, ça n’a pas duré longtemps…  »  » … putain… on comprend… c’était le lapin classique… trois minutes et puis il dort ! Hahaha!  » « Mais avez-vous apprécié au moins un peu ? « … oui… je pense que oui… j’étais content qu’il soit satisfait… » « mais qu’est-ce qu’il faisait…? il a ouvert tes jambes il t’a baisé pendant trois minutes il a joui en toi et puis partout? « … plus ou moins… c’est comme ça » « .. et c’est tout… tu n’as rien fait d’autre? » « … non… non… nous avons juste fait ce que je vous ai dit… » Alors qu’ils me posaient les questions, ils ont commencé à se caresser à la volée. Ils étaient excités ! On pouvait le voir à la forme de ce qu’ils touchaient. Je me suis regardé à la télévision… j’étais rouge et violet et ma gêne était vraiment perceptible ! « … Tu as dit que c’était en toi… tu prends la pilule ? Tu ne m’as pas l’air d’être un type de pilule…! » « … je le prends pour d’autres raisons… mes perso… » « … ah… ok ! » « Et d’autres jeux auxquels vous n’avez pas joué ? Comme prendre sa bite dans sa bouche, se faire lécher le cul et la chatte, ou prendre sa bite dans le cul ? » En entendant ces termes, j’ai baissé les yeux et je n’ai pas répondu. Paola, lève-toi… si… bien… et ne sois pas si bosse !! ne regarde pas le sol regarde ici! Si t’es tellement bossu c’est pas bon ! Tu as de beaux gros seins, je vois, et tu dois les montrer !
Lire aussi :  Un week-end de sexe inoubliable
J’obéis, levai les yeux et me redressai, ils se caressaient de plus en plus. « Tiens… quelle taille de soutien-gorge portes-tu ? » « Le troisième… » « Regarde dans la pièce ! Tu as de beaux yeux… et tu as aussi de beaux cheveux… tu les portes toujours comme ça ? » « Presque toujours » « peut-être que vous faites bien, mais essayez de les élever au-dessus de la nuque ! alors… tu as un joli cou… tellement exposé… et puis tu en sais plus comme une enfant  »  » qui sait comme ils sont beaux et fermes .. tes seins. ! Allez, essaie de les toucher… prends-les dans ta main… caresse-toi ! » « … Non… j’ai honte… » « le film s’annonce bien, ne gâchez pas tout, souvenez-vous de notre deal… !! Et puis il n’y a pas de quoi avoir honte ! Tu n’as pas dit que tu voulais montrer à quel point tu es une bonne actrice ?!  » Lentement, j’ai levé les mains et touché mes seins … « ça va? » « Caressez-vous plus fort ! Serrez vos seins et pendant que vous le faites, ouvrez la bouche et passez votre langue sur vos lèvres… c’est tellement bon… tirez davantage la langue ! » Pendant que je le faisais, je me suis vu à la télévision, mes mains étaient encadrées sur mes seins puis sur ma bouche. J’avais vraiment honte ! « Savez-vous que vous avez une belle bouche ? Une si belle bouche ! Et quelle langue !!! » « Avec une bouche comme ça, tu peux rendre les hommes fous !!! tu pourrais faire des embouchures effrayantes !!! » « Savez-vous ce qu’est un porte-parole ? « … oui… je pense » « tu sais comment faire ? » « Non… je ne sais pas comment faire » « bon on en reparlera plus tard… alors voyons ce qu’on peut faire pour t’apprendre » à ces mots j’étais encore plus affligée. « Notre petit film a un titre… » bouche, seins et cul » ha ha ha ha ! Nous avons vu la bouche, les seins uniquement de l’extérieur, et maintenant nous nous retournons…. passons au Cul, qu’attendez-vous ??? tourner autour !!!  » Je me retournai… « Putain… on trouve que ton cul n’est pas trop mal… tu as de belles hanches… !!! remonte ta robe, découvre-toi ! » J’ai hésité… » ALORS DÉPÊCHEZ-VOUS !!! QU’ATTENDEZ-VOUS PUTAIN !! » cria Giorgio. J’avais presque envie de pleurer et alors que je sanglotais, j’ai remonté la robe au-dessus de mes hanches. « Putain quel cul tu as !!! quel beau cul rond !! posez vos mains sur le lit … penchez-vous en avant comme ça … allez un bon film !! Maintenant, tourne-toi et laisse la robe …  » Je me suis retournée à nouveau en sanglotant avec les larmes qui coulaient sur moi … et avec la robe relevée …  » putain quelle chatte tu es … qui sait quelle belle chevelure c’est sous ces sous-vêtements…! » Achille se leva et s’approcha encore de moi en se touchant d’une main pour me montrer à quel point il était excité. Je lui ai dit de ne pas me toucher mais il s’est mis derrière moi et m’a ordonné de me taire et d’obéir. J’avais peur et je me figeai en anticipant ce qu’il allait faire. J’ai senti ses mains sur mon cou… J’ai lâché ma robe et j’ai vu Achille sur l’écran de télévision derrière moi, gros et hideux et ses mains descendant vers mes seins. Il m’a touché et haleté sur mon cou, il m’a serré jusqu’à ce que ça fasse mal et en attendant il s’est frotté sur moi en me faisant sentir le contact de son corps et ce qu’il avait entre ses jambes excité sur mes hanches et mes fesses. « …NON…. NON…. RESTEZ TOUJOURS… MOI… LAISSEZ… ÇA ME SUCE !!!! NOON ! » J’ai crié comme une folle en essayant de m’éloigner de lui, mais il était bruyant et c’était en vain. « Maintenant Mademoiselle je vais vous déshabiller… nous voulons bien vous voir ! Comme tu es belle ! Je veux sentir à quel point tu es chaud ! Je veux te tenir et te faire sentir à quel point ma bite est dure… !!  » et avec empressement, j’ai décompressé et baissé ma robe jusqu’à mes pieds. J’étais devant eux en larmes… mais Achille ne s’est pas arrêté. Il a commencé à frotter et serrer mes seins, je pleurais… Je lui ai demandé d’arrêter, mais il m’a dit « FERMEZ-VOUS ! Arrête de pleurnicher et fais-toi toucher… tu es une belle chatte… tu as un cul fabuleux avec des seins durs. Laisse-moi voir tes mamelons… » Elle glissa ses mains sous le maillot de corps de son soutien-gorge et regarda à l’intérieur. Il me frotta, me serrant fort, et commença à me lécher le long de mon cou, me baignant avec sa salive. Il sentait mauvais, ses mains énormes qui me palpaient me faisaient mal. Il a pris mes mamelons entre ses doigts pour les serrer et les tirer. Personne ne m’avait jamais touché comme ça ! Il m’a retenu prisonnier, sa poigne était vraiment forte, et d’une main il a glissé dans mon sous-vêtement. J’ai commencé à crier… « LAISSEZ-MOI, LAISSEZ-MOI GOEEE… NOOOON LÀ NOOOON !. « Je pleurais. Mais il ne s’est pas arrêté, il était excité et j’ai vu à la télévision son visage monstrueux posé sur mon cou… il me léchait de plus en plus près de ma bouche jusqu’à ce qu’il me lèche presque les lèvres… tandis que sa main se sentait entre mes cuisses. “VOULEZ VOUS FERMER ALORS !! VOUS CASSEZ MA BITE AVEC VOS HISTOIRES !! putain quel beau poil doux tu as … … uhmm aujourd’hui je sais qu’avec ça on fait plein d’éjaculations !!! … j’ai une queue de marbre et des couilles gonflées … et toi ? « Nous aussi… mais allez… même la salope de l’autre jour nous a fait prendre de bonnes éjaculations !! « Mais celui-ci est bien meilleur !!! mis à part le physique, celle-ci m’excite car elle est vraiment inexpérimentée et se laisse commander, l’autre était une petite salope potelée… il n’a pas fallu longtemps pour la convaincre de nous divertir. Avec toutes les fois où elle est venue ici maintenant… elle le fait toute seule ! ! Quels becs !!! » « C’est dommage qu’elle ait une petite bouche… elle ne prend qu’un peu de mon sexe sous la tête !!! » dit Giorgio. « Putain mais le sperme l’a prise… hahaha !! putain s’il l’a pris ha ha ha ! » « Et le cul ? au début il s’est débattu… mais ensuite… maintenant elle le tient entre ses fesses comme une ventouse !!! Je l’ai pompée comme un taureau !!! » « Il a un beau cul mais sans le beurre on ne l’aurait pas eu !! » « Une tartinade de beurre dans le trou du cul et… puis tout s’est bien passé !! ah ah ah ! » Ces discours m’avaient fait peur !! J’avais peur de ce qu’ils pourraient me faire ! Je voulais m’évader !!!! « Allez alors… allons tous nous coucher… ! Achille mets-toi à l’aise pour que nous positionnions les caméras… et toi fille viens ici vers moi  » Giorgio m’a arrêté par les bras, » maintenant s’il te plait tiens toi bien c’est la partie la plus importante du film ! Chère ma salope actrice ! Ne t’inquiète pas, je vais t’enlever ce truc, RESTEZ STOP JE VOUS L’AI DIT ! CHIENNE !! VOUS N’AVEZ PAS ENCORE COMPRIS QUE VOUS DEVEZ OBÉIR !!! PAR AILLEURS …!! » « .. je suis encore… je suis encore.. » et je me laisse déshabiller. « Putain… tu as vraiment de beaux seins durs… viens les écouter Giorgio » Ils commencèrent à se peloter par deux, Giorgio devant et Franco par derrière. Ils ont commencé à me lécher. J’avais la nausée en sentant leur langue sur mon corps. Ils ont tour à tour léché mes seins et mamelons et doigté mes cuisses. Ils m’ont tenu avec leurs corps en sueur. Je sentais leur pénis s’exciter contre moi. Ils m’ont peloté et léché longuement, excités, avec leurs visages excités, comme des cochons. Du sein, Franco est allé me ​​lécher le cou avec enthousiasme puis a remonté mes cheveux jusqu’à ma bouche m’obligeant à l’embrasser… avec sa langue qui a violemment exploré ma bouche. J’ai quand même essayé d’échapper à ce dégoût en me tortillant et en criant, mais ils me retenaient toujours prisonnier par les cheveux, ils se passaient ma bouche l’un à l’autre en me forçant à leurs baisers obscènes. « Sire ta langue salope !! DE LA SALOPE LAISSEZ-NOUS SENTIR VOTRE LANGUE DANS LA BOUCHE !!!  » « … Putain de Franco… celui-là a une bouche et une langue qui prend deux bites entières à la fois !!! il n’a pas de langue il y a un serpent !!! » Puis ils m’ont traîné sur le lit, toujours agrippé par les cheveux. Ils se tenaient tous les trois au fond, alignés, le dos contre le mur et les oreillers, les jambes écartées. J’ai été forcée de m’agenouiller sur le lit devant eux. Tous les trois ont enlevé leur pantalon et sont restés en sous-vêtements. ,, Achille était au milieu, et il a été le premier à vouloir commencer, tandis que Giorgio, caméra à la main, nous filmait de près. « Allez… gros… occupez-vous… vous avez vu ce que j’ai sous mes sous-vêtements ?… ALORS QU’ATTENDEZ-VOUS PUTAIN !!! LAISSEZ-VOUS FAIRE DE CES MAINS !!! TOUCHEZ MOI!  » J’ai recommencé à pleurer… « non… non… s’il vous plaît… je ne veux plus… je ne veux plus rien faire… » « FERMEZ-VOUS ET TOUCHEZ VOTRE BITE !! ! CHIEN !!! » Franco a crié. Je suis allé vers lui et je l’ai touché… « Bravo…. bien … caresser … avec les deux mains … boules et bite tu sens comment ça pousse? … ici alors … euh quelles mains vous avez … continuez …. « Sous la culotte, le pénis du vieil homme me paraissait énorme ; plus grand que celui de mon mari et lorsque je le caressais, il vibrait et bougeait… mais je pense qu’il n’était pas encore complètement en érection. « ..Qu’est-ce que tu attends … sors-le … prends-le dans ta main! » Et pendant que sous les regards hideux de ces vieillards je prenais l’ourlet de mon sous-vêtement et l’abaissais… le pénis est sorti d’un coup, gros, et j’ai fait ce qu’il m’a dit… je l’ai pris dans ma main… c’était chaud… gros…  » « … bon comme ça… maintenant baisse la peau… découvrez la chapelle… alors… bon… euh quel plaisir…. euh..alors… allez…. Il est en panne…. allez .. euh, touche mes couilles avec l’autre main .. euh … tu me fais remplir de sperme !!!!! quelle salope tu es…! je parie que tu aimes ma bite !! Allez comme ça … salope !!!  » Je le masturbais comme il voulait… je ne faisais qu’obéir comme un robot… comme si ce n’était pas moi qui le faisais… de la main droite je tenais son sexe qui grossissait de plus en plus… . dur et de l’autre je caressais ses testicules humides de sueur. J’ai complètement tiré vers le bas la peau qui la recouvrait… comme il l’appelait, « la chapelle », plutôt grande avec le trou en haut ouvert, puis j’ai tiré ma main vers le haut puis vers le bas à nouveau… « arrêtez-vous un instant maintenant ! .. sinon je jouis dans ta main… tu me rends fou ! » J’ai arrêté. Giorgio avec la caméra à la main filmait tout et Franco avec ses mains sur son sous-vêtement me faisait signe … « allez … ma belle … viens à moi maintenant sors ma bite aussi! » J’ai bougé et j’ai commencé à le caresser aussi… puis j’ai aussi tiré sa culotte et laissé sortir son pénis déjà en érection… énorme ! à lui aussi… puis… j’ai baissé la peau qui recouvrait sa pointe « chapelle » et j’ai commencé à le masturber…. lentement… Pendant que je le faisais, je gardais les yeux baissés, je ne voulais pas les regarder ou me laisser les regarder mais ça n’a pas duré longtemps… « Hey… qu’est-ce que tu fous ? Si vous gardez la tête si basse, nous ne verrons pas votre visage ! Levez les yeux et regardez-nous en face de temps en temps ! Il faut regarder un peu la bite dans ta main et un peu notre visage ! Ne regardez pas les draps sur le lit ! COMPRIS !.. tu es vraiment une putain d’actrice ! » J’ai levé les yeux et, tout en continuant à me masturber et à toucher mes testicules en regardant ces visages altérés par l’excitation qui me regardaient en bavant, j’ai baissé les yeux sur le pénis rouge et gonflé et sur la « chapelle » gonflée. « Maintenant c’est mon tour » dit Giorgio. Je me suis éloigné de celui qui me cadrait étroitement avec la caméra. “… Allez… salope… enlève ma culotte et enlève-la… ici… pour qu’avec la caméra je ne puisse pas… merde comme tu es belle… quels seins…. tu aimes ma bite hein …? ici … alors … scappellalo euh, tu as vu quelle belle chapelle … alors … bon … euh tu aimes ma bite … salope salope salope allez comme ça … maintenant regardez dans le caméra pendant que tu touches mes couilles et ma bite … alors … regarde ici … sors la langue … passe-la sur les lèvres … c’est tout … bon quelle salope tu es !!!  » J’ai continué à changer de position pendant un moment, d’abord l’une puis l’autre… ce sont eux qui m’ont dit quand m’arrêter et passer à l’autre, pendant ce temps j’avais aussi enlevé la culotte de Franco et Achille. L’odeur qui s’en dégageait était terrible… mêlée de sueur et… de… je ne sais même pas comment la décrire. Quand ils m’ont ordonné de venir avec ma bouche c’était terrible ! Giorgio a été le premier à me le demander. « Allez salope… maintenant assez avec ta main, fais-toi filmer pendant que tu la lèches ! DONNER LE FUCK INFÉRIEUR CETTE TÊTE ET TIRER LA LANGUE ! “ J’ai recommencé à pleurer… mais entre les larmes je descendis lentement avec mon visage… l’odeur âcre me bloquait… c’est alors qu’Achille me prit par les cheveux et me força à baisser le visage sur le pénis de Giorgio. « Allez salope ! T’aimes la bite hein… maintenant tu lèches tout !! du bal à la chapelle ! SORTEZ CETTE PUTAIN DE LANGUE !! « Je l’ai sorti et j’ai commencé à lécher avec le bout de ma langue agrippant toujours mes cheveux. J’avais envie de vomir. « … Uhm tellement bon… sors toute cette langue… cuillère ! Ici … donc tout sortir et maintenant tout utiliser! des couilles à la tête… alors… bon… euh.. allez je vais te filmer… euh quelle langue tu as, sors tout ce que j’ai dit !. alors voilà… t’es bonne… salope…! Achille la lâche et elle continue seule ! Ici … voyez … voyez comme elle est bonne … elle sait le faire toute seule…. la chienne ! » J’ai léché le pénis de la pointe aux testicules en essayant de ne penser à rien … de temps en temps Giorgio avec sa main sur la tête me poussait en rythme pour me faire mieux lécher, puis il m’a dit d’ouvrir la bouche et baissé ma tête me forçant de toutes ses forces à avaler son pénis… il m’a poussé jusqu’au bout et quand je l’ai senti dans ma gorge j’ai ressenti un effort pour vomir. « .. putain .. ne vomis pas !!… pas maintenant… !! reprends ma bite dans ma bouche… c’est tout… bon et maintenant suce… salope suce !!! suce fort !! » J’avais son pénis dans la bouche, il avait un goût âcre… presque salé, je suçais et montais et descendais avec ma tête, je m’aidais de ma main pour le maintenir immobile, je sentais l’homme trembler. « .. Putain quelle salope tu es ! Lèche mes couilles !!! Je veux qu’ils soient chargés de sperme pour plus tard … quand je giclerai !!! alors… alors, prends-les dans ta bouche… uff.. arrête quand même….. sinon je vais juste jouir maintenant… » Il m’a arrêté, et sans me donner de répit, Achille m’a attrapé par le cheveux et m’a fait lécher son pénis et ses testicules aussi. Pendant que je suçais et léchais, il gémissait et se tordait et m’a dit que j’étais une salope et que je lui faisais remplir mes couilles de sperme; il poussait ma tête vers le bas et quand j’avais tout son pénis dans ma bouche il se cambrait… » SALOPE ! SALOPE! SUCE-LE ÇA ! AVALE-LE JUSQU’À CE QUE LES BOULES arggh uhm putain c’est quoi ta bouche ! »
Lire aussi :  Un soir à la piscine (histoire de sexe)
J’avais encore envie de vomir… et il s’est mis en colère… et heureusement l’effort m’a passé sinon j’aurais vomi sur lui. Elle a cessé de tenir mes cheveux et m’a laissé le faire moi-même. Je l’ai léché tout le long du pénis et autour de la pointe et il s’est mis à trembler aussi… « .. merde arrête sinon tu me fais jouir…! » J’ai arrêté, je n’en pouvais plus, j’étais bouleversée. M. Franco m’a laissé reprendre mon souffle puis m’a pris entre ses cuisses. « … allez… maintenant tu devrais avoir compris comment travailler avec ta bouche !… lèche ma bite et mes couilles… ça y est… alors sans encore toucher la tête… alors. .. bon … euh … arrêtez sur les couilles … voici lécher et sucer … bon alors je charge de la crème blanche tout pour vous! … et maintenant lécher la bite de haut en bas jusqu’à la tête , ahhhh ahhhh alors fais le tour de la tête… alors… bon… euh et maintenant prends toute la bite dans ta bouche ! Ahhhh tellement tellement … alors quelle salope tu es !! pendant que tu l’as dans la bouche, donne-nous ta langue…. voilà … mais tu veux me faire jouir !!! Je ne me suis jamais fait sucer par une telle bouche ! Putain comme c’est profond !!! stop STOP !!!  » J’ai arrêté de haleter avec un filet de salive qui coulait de mes lèvres jusqu’à son pénis mouillé, j’étais détruite mais… je ne savais pas que j’étais seulement à mi-chemin et qu’ils voulaient jouer à d’autres « jeux ». « Reposez-vous un instant… vous avez bien fait… et en attendant allongez-vous sur le ventre avec vos jambes hors du lit. Nous déplaçons les caméras. » J’ai fait ce qu’ils disaient pendant qu’ils trafiquaient, j’ai regardé dans l’espace et j’ai réfléchi à la façon dont j’aurais pu me retrouver dans cette histoire. Peut-être que je ferais mieux d’affronter le patron, mais d’un autre côté la peur de ruiner ma vie ne m’avait laissé aucune alternative. Ils retournèrent au lit. J’étais toujours allongé. Achille s’est agenouillé à côté de moi, Giorgio de l’autre côté avec la caméra, et devant moi Franco s’est assis au pied du lit. Je le regardai ouvrir mes jambes et baisser sa tête entre mes cuisses. Elle m’a caressé sur le dessus de ma culotte, puis en les déplaçant un peu sur le côté, elle m’a aussi caressé en dessous « … putain quelle belle chatte tu as ! … de ces putains de sous-vêtements ! » Il les a tirées vers le bas soudainement, et alors que j’essayais de l’arrêter, il a failli me les arracher. J’ai commencé à crier « NOOOOO NON VOGLIOOO » il m’a dit de rester calme. « … Hé, qu’est-ce que tu crois que j’abandonne pour te baiser ??? Ta chatte a besoin de savoir ce que c’est que de se faire baiser ! Et puis vous devez savoir ce que signifie profiter!…. maintenant je te lèche jusqu’à ce que tu jouisses, je te lèche le cul aussi, j’ai envie d’enfoncer ma langue dedans pour l’ouvrir ! » J’ai senti ma langue monter et descendre mes lèvres de haut en bas de mes fesses, écartant mes fesses et se glissant à l’intérieur avec sa langue dans le trou, me pénétrant puis remontant pour chercher le clitoris, m’écartant avec ses doigts. Je me suis juste senti nauséeux lorsque les cochons ont commenté… « … tu aimes ça hein !? Tu aimes te faire lécher la chatte… on va te faire mouiller comme une chienne ! .. et il m’a léché encore plus fort, violemment puis j’ai senti son doigt se frayer un chemin entre mes fesses béantes et pénétrer mon cul. Ça n’a pas fait mal, j’ai senti qu’il s’enfilait facilement en mouille je pense à de la salive, et pendant qu’il continuait à lécher mon clitoris il me pénétrait en rythme avec son doigt, le poussant vers le bas, puis le retirant. De temps en temps, il retirait son doigt, et puis je le sentais revenir dans le trou plus haut à l’intérieur de moi… puis… deux doigts… à l’intérieur avec force… avec des mouvements circulaires réguliers, puis de nouveau dans le cul, m’écartant jusqu’à…. entre avec deux doigts, s’enfonçant dans mes fesses de plus en plus humides de salive. Je me suis senti dégoûtant !! « Calme-toi… je te ferai crier avec ma bite plus tard ! « Franco s’est levé et les trois ont changé de place. Tous trois me léchaient, me faisaient trembler et hurler… Pendant que l’un me léchait, les autres me tournaient la tête, m’attrapaient par les cheveux et me faisaient sucer leur gros pénis, et de l’autre main ils me serraient les seins jusqu’à ça faisait presque mal, mais maintenant j’étais en leur pouvoir… dans tous les sens. Quand soudain celui qui me léchait, à ce moment-là, Franco, a dit : « … et maintenant assez… langue… il est temps de prendre la bite ! Elle m’a écarté les cuisses, et pendant que je commençais à hurler de me laisser tranquille… de ne pas le faire, elle a pointé la tête à l’entrée de la chatte et m’a pénétré, d’un seul coup, jusqu’au bout. Je l’ai senti venir tout en moi et mes pleurs, peu à peu, se sont transformés en sanglots, sous ses coups violents. Je pouvais sentir ses testicules cogner sur mes fesses, et il émettait des halètements qui me rappelaient un grognement, en rythme avec chaque poussée en moi. Ils se passèrent un moment mon corps et ma bouche, puis… le moment que je redoutais arriva… « …. Allez fille maintenant fais nous jouir, on n’en peut plus ! Un à la fois… prenez-le dans la gorge… lèchez-le… comme avant… vous faites un bon travail de gueule ! » J’ai essayé de ne pas penser et j’ai obéi. Je me suis glissée entre les jambes ouvertes de Franco et j’ai commencé à lécher… en m’aidant de mes mains… Je léchais et suçais comme ils voulaient. « Ici, salope… prends ma bite dans ma bouche comme ça… avale-la jusqu’aux couilles… euh alors… tu sens à quel point c’est dur ? VOUS SENTEZ COMME C’EST DUR ! » « … oui… c’est dur… je le sens… » répondis-je et repris la succion. J’ai compris que c’était presque à son apogée et j’ai compris que je serais obligée de sucer et de lécher… tout… et j’avais peur, peur du dégoût, je n’avais pas vu le sperme d’autres hommes, encore moins mis dans ma bouche ; J’ai essayé d’imaginer son goût et en même temps j’ai pensé au dégoût d’avoir ce liquide dans la bouche. Je savais qu’ils allaient me forcer et que je n’avais pas d’autre choix. J’ai décidé de ne pas y penser et de me précipiter. Avec ma main j’ai commencé à le masturber plus vite, alternant avec le sucer dans toute sa longueur, puis l’extraire et lécher le bout jusqu’aux testicules. Je l’ai senti trembler sous moi et gonfler et durcir dans ma main… J’étais prêt… « Putain comme c’est bon…. bon sang. Bientôt sborroooo, me voilà, allez SALOPE, allez c’est AAAAAAHHHHH ! SBORROOOOOO !! » D’istinto, mentre con la mano lo mastrurbavo, alzai la testa per guardare, ed uno spruzzo denso e caldo mi colpì sulla guancia e sulle labbra, e dalla punta gonfia del pene ad ondate continue, lo sperma bianco usciva, colando sulla mia mia main. « Qu’est-ce que tu fous, salope !! ?? continue de sucer je veux te remplir la bouche de sperme » et avec sa main il a poussé ma tête vers le bas. Il m’a forcé à lécher… et… en commençant par les testicules… j’ai tiré la langue et léché. Rapidement, le sperme chaud, qui coulait de mon pénis, est entré dans ma bouche. J’essayai de réprimer le vomi en m’arrêtant, la bouche grande ouverte, dans un haut-le-cœur, qui heureusement passa. Puis, les lèvres et le visage pleins de cette crème visqueuse, j’ai marché jusqu’au bout. Ce n’était pas le goût sucré qui me rendait malade… ..mais c’était l’idée de lécher, boucher et avaler le sperme provenant de ce vieil homme hideux. « …Voici…. Comme ça…. salope tu aimes jouir, sucer … salope, reprends ma bite dans ma bouche jusqu’à mes couilles …. aahhhhhh tellement tellement … alors suce moi tout. Aahhhhh quelle éjaculation !! » Je ne me suis arrêté que lorsqu’il a cessé de me tenir la tête et m’a dit d’arrêter. J’étais plein de sperme sur tout mon visage, mes yeux, mon cou et mes cheveux aussi et… une grande partie était dans ma bouche. Giorgio a passé la caméra à un autre et a dit « et maintenant c’est à notre tour de jouir … asseyez-vous au bout du lit appuyé contre le mur sur les oreillers que je veux te baiser entre tes seins! » J’ai bougé et en me retournant et en m’appuyant contre la pile d’oreillers, j’ai trouvé le visage de Giorgio devant moi. Assis à califourchon sur mon ventre, et mon sexe dressé entre le sillon de mes seins. « Tiens, ma fille, fais-moi une bonne branlette espagnole… attends que je m’installe mieux… allez prends tes seins avec tes mains et serre ta bite… au milieu… alors… putain quoi seins … baissez la tête et léchez-la lorsque la tête est sur vos lèvres …. allez, baisse ta putain de tête !! » C’était un plaisir absolu pour lui… son pénis se branlait de ma poitrine et suçait chaque fois qu’il le poussait vers l’intérieur de ma bouche ouverte. Avec ses mains, il tenait ma tête enfoncée durement. Il bougea son bassin d’avant en arrière de plus en plus excité poussant le bout de son pénis fort sur ma langue et dans ma bouche. « Tu aimes ça, hein ? Troie ! Ça te plaît oui ou non ?… hein ? » « …Oui…. oui… j’aime ça … « j’ai menti »… oui… allez je jouis bientôt dans ta bouche… sur tes seins…. Je te noie de jouir. Me voici… Me voici… VENANT… ..AAAAAHHHHHH ! ALLEZ… CAZZOOOO QUE ALORS JE TE BAISE DANS LA BOUCHE !! « Il m’a tenu la tête fermement et toutes les éclaboussures chaudes sont venues sur ma langue, sur mes lèvres… sur mon cou et entre mes seins. Les jets ne se sont jamais taris, et les allers-retours constants m’obligeaient à lécher. J’ai craché ce que j’ai réussi à cracher. Quand il m’a forcé à tout prendre dans ma bouche pour absorber les derniers jets, je l’ai laissé couler sur les côtés de ma bouche, mais j’en ai avalé d’autres. Achille prend rapidement la place de Giorgio. « Écarte tes lèvres de salope que j’ai envie de te baiser dans la bouche, j’ai envie de jouir dans ta gorge !!! remplis ta bouche de ma crème !!! » Il prit ma tête à deux mains et se leva un peu sur ses genoux. J’avais son énorme pénis devant moi. Il m’a d’abord fait lécher mes testicules puis remonter jusqu’au bout, et une fois qu’il a ouvert les lèvres, il s’est enfoncé dans ma bouche. Ça me faisait aller et venir dans la tête, et chaque fois que ça pénétrait dans ma gorge, ça me faisait bâillonner, mais ça m’était égal, comme si ça voulait vraiment me faire vomir. « … Allez salope, prends-moi toute ma bite ! Je veux te remplir de bite! Jusqu’à la gorge…. aaahhh j’aime te regarder quand tu le sens dans ta gorge. J’aime quand tu vas vomir…. oui… allez… allez ! » Il voulait me faire vomir ! Le cochon moche ! Et il a presque réussi. Dans la dernière nausée, je pouvais à peine me retenir, juste au moment où il était au sommet de son orgasme, et la bouche grande ouverte dans l’effort, il s’arrêta un instant pour me regarder avec excitation. C’était cette vue qui l’excitait encore plus. « … Putain maintenant je jouis…. C’EST ÇA ECCOOO, INGOIAAAA TROIAAA !! » Je l’ai sentie durcir et gonfler dans ma bouche puis une marée chaude a éclaboussé mon palais, inondant ma gorge, ma langue… tout. Il m’a forcé à boire… en serrant ma bouche entre ses doigts et en continuant à verser son sperme en moi. Un peu dégoulinait sur ses seins, mais j’avalais beaucoup, au milieu de ses cris et des rires des autres. « BOIS SALOPE ! AVALEZ TOUT !! BOIS AAAHHHHHH !!! TU ME FAIS APPRÉCIER ÇA ! » Il n’était pas satisfait de ce qu’il avait mis en moi… il m’a fait lécher tout ce qu’il avait entre ses cuisses et une partie de ce que j’avais sur moi en le retirant avec ses doigts et en me les faisant lécher. Finalement, ils m’ont laissé libre : nu sur le lit, plein de sperme de la tête au ventre, et ils m’ont encadré une dernière fois avec la caméra dans cet état humiliant, satisfaits du résultat final. À ce moment, j’ai pris conscience de mon état et j’ai essayé de me couvrir d’une manière ou d’une autre. J’avais honte de ma nudité. J’ai aussi cherché mes vêtements. Ils étaient en train de nettoyer et ils ont jeté un rouleau de serviettes en papier sur le lit pour moi aussi. Je me suis retournée et j’ai enlevé tout le sperme que j’avais, puis j’ai mis mes sous-vêtements, mon soutien-gorge, mon débardeur mais, quand je suis passé à la robe, ils m’ont arrêté…. « ..Hei… qu’est-ce que tu fais… attends… il est temps !… il n’est pas encore sept heures !… maintenant on boit un peu de vin doux… avec les biscuits sortis du four. .. Tu viens sur le canapé avec nous et tu nous tiens compagnie. Vous n’avez jamais vu de films porno? » « … Non… non… je ne les ai jamais vus… mais je veux rentrer chez moi… ! « MERDE! SI JE DIS QUE VOUS DEVEZ VENIR ICI, VENEZ ICI ET NE CASSEZ PAS VOTRE BITE ! » DÉGAGER ??? » Achille est tombé; il revint peu après avec un plateau chargé de trucs : du vin, des verres, des biscuits et une flaque de beurre. Il a tout placé sur le meuble de télévision. Ils m’ont convaincu de boire et de manger. Le vin était bon et j’ai assez bu avec les biscuits. J’avais un peu la tête qui tournait, et quand on s’est mis à regarder les petits films qu’ils avaient fait avec des filles de l’entreprise qui faisaient probablement du chantage comme moi, c’était normal de se laisser à nouveau toucher par les trois hommes. J’ai reconnu diverses filles et dames. Regarder ce qu’ils ont subi à la télévision m’a un peu troublé. Je les ai vus dans diverses positions, contraints comme moi, à satisfaire leurs maîtres-chanteurs. Certains semblaient presque experts, et pas si désolés, mais d’autres pleuraient tout le temps, essayant de se rebeller de temps en temps et recevant des cris et des menaces en retour. Je les ai vus pris par l’un par derrière alors que devant ils étaient forcés d’avaler le pénis d’un autre. Je les ai vus pleurer alors qu’ils se faisaient sodomiser durement, au milieu des rires et des cris de jouissance. La situation s’était à nouveau réchauffée, leurs caresses sur moi alors que nous regardions les films devenaient plus excitées. Ils ne m’ont même pas laissé le temps de finir de boire : assis entre eux, ils ont recommencé à m’embrasser sur la bouche, poussant leur langue à l’intérieur pour trouver la mienne. Ils m’ont rapidement déshabillé puis, à tour de rôle, ont baissé la tête d’abord pour lécher leur cou… leur poitrine poilue… leur ventre… et enfin leur pénis pas encore en érection. Le vin et peut-être les petits films ont eu un effet sur tout le monde, moi y compris. Un à un, je les ai réexcités en m’aidant de mes mains et de ma langue, en faisant grossir et durcir leurs plumes dans ma bouche, en me masturbant et en suçant avec enthousiasme, comme ivre de vin. « … Putain quelle salope tu es ! Vous savez comment le faire avec une bite! Tu aimes la bite dure !!  » Je me suis mis à genoux sur le sol et ils avaient déjà recommencé à filmer avec la caméra. Je suis passé de l’un à l’autre rapidement Le gros doigt de Franco est rentré facilement, il m’étalait du beurre sur les fesses, j’ai compris ce qu’il voulait faire. « … Non… dans les fesses non… ça fait mal…. Je ne veux pas… » Il ne m’a pas écouté… et cette fois il est entré avec deux doigts graisseux, les poussant tous à fond et les faisant tournoyer comme pour élargir davantage le trou. « … Nooooooon laisse-moi ! Je veux pas… dans les fesses, nooooon ! »
Lire aussi :  La première fois avec la grand-mère
« Ouvrez vos culs et détendez-vous, vous verrez qu’il s’intègre bien dans votre beau cul chaud !! Je ne peux pas attendre, et vous deux tenez bon. Ils m’ont arrêté et pendant que je pleurais, j’ai senti le bout de son gros pénis se poser sur mon trou de cul… il m’a pris par les fesses et les a écartées. Avec la première poussée, j’ai senti, avec beaucoup de douleur, la pointe me pénétrer, et avec la seconde d’un seul coup, j’ai enfoncé son pénis en moi. Un cri de douleur sortit de ma bouche qui s’était grande ouverte sous l’effort, c’était une douleur terrible d’avoir pénétré mon cul. Un autre cri m’a échappé quand je l’ai entendu dans mon ventre, mais lui aussi s’est mis à hurler comme un fou … puis avec des bruits qui ressemblaient à des grognements de cochon je commence à me sodomiser fort, à plusieurs reprises, pendant longtemps, en me tapant fort. Je serrais les dents, mais heureusement, la douleur initiale avait presque disparu. Le beurre l’aidait à glisser dans mon ventre et les muscles de mes fesses avaient cédé, s’ajustant pour s’adapter à la chair dure de cet homme. Le sentir en moi, dans mon ventre, c’était une sensation terrible… violente… et je serrais les dents… tremblant… pendant que je me faisais sodomiser. « Allez salope tu aimes être enculée… tu aimes salope… salope ! Aventi, dis que tu l’aimes, dis-le DILLOO !! « … Oui j’aime…. J’aime ça… J’aime ça… » J’ai encore menti Ça a duré longtemps puis s’est arrêté, m’a fait me lever, on s’est déplacé derrière le canapé puis m’a fait me pencher en avant avec le ventre sur le dossier du canapé. « … allez salope que maintenant je te baise fort …! Il écarta à nouveau mes fesses et me pénétra d’un seul coup, me sodomisant à coups violents. « … AIMES-TU ?? EH ? TROIAAA ? DITES ÇA !! AIMES-TU?  » « … Ouiii… ouiii… j’aime….  » dis-je à voix basse, choqué de honte. Soudain, Franco est venu devant moi et m’a forcé à prendre son pénis dur dans ma bouche. Il était sur le point de jouir à nouveau, puis j’ai commencé à le sucer fort alors qu’il allait et venait dans ma bouche. Achille se tenait derrière moi « maintenant j’ai envie de t’enculer, proprement ! Pendant que tu suces la bite de Franco, je veux voir comment tu lèches ton sperme pendant qu’il lui frotte le cul ! » Soudain, il écarta mes fesses et me pénétra jusqu’au bout, d’un seul coup ! Il m’a sodomisé lentement… grognant comme un cochon à chaque poussée en avant, s’arrêtant et poussant contre mes fesses comme s’il devait lui aussi mettre ses testicules. Il ne me frappait pas fort parce qu’il « appréciait le spectacle » de ce que je faisais avec ma bouche. Franco avec un cri a rempli ma bouche de sperme… liquide… chaud… que j’ai avalé et je n’ai pas arrêté de le faire jusqu’à ce qu’il se retire de ma bouche épuisée. « … putain… tu m’as vidé les couilles… salope… suceuse de bite ! » Achille, cependant, ne m’a donné aucun répit. Il se pencha en avant et accroché à mes seins commença à me sodomiser violemment, ça me faisait tellement mal aux seins qu’il les serra et son énorme pénis s’enfonça de façon terrifiante en moi. Je serrai à nouveau les dents. Puis il s’est fait apporter une sangle et pendant qu’il me sodomisait il a commencé à me fouetter dans le dos. « Ahhhh quel connard !!! quel âne vous salope !!! salope !!! Je te veux, je te veux, je te veux, tu es à moi !!! tu étais doué pour sucer du sperme !!! “ Je pensais qu’il voulait venir en moi, il me frappait tellement d’excitation, au lieu de cela il s’est arrêté et gonflé de fatigue, il s’est retiré, courant rapidement vers ma bouche, sans arriver à temps ; la première giclée chaude m’a frappé au visage coulant dans mon nez, mais peu de temps après, j’ai ouvert la bouche et avalé son sperme trop fort. Giorgio toujours avec la caméra à la main voulait se filmer, il a demandé de l’aide à Franco qui m’a ouvert les fesses, puis j’ai aussi senti son pénis dur se frayer un chemin dans mon cul. , tout au long de. Franco me tenait toujours par les fesses et me poussait en rythme vers Giorgio. J’ai été sodomisé pendant longtemps. Et tout le monde avait également commencé à utiliser la sangle sur mon dos et mes fesses. J’étais dévasté et je ne pouvais pas attendre la fin de cette soumission. Giorgio, après m’avoir longuement battu, est sorti et m’a dit de me retourner et de m’agenouiller. Il m’a cadré avec la caméra d’en haut tandis que la bouche grande ouverte, la langue sortie et son pénis dans la main, j’ai fait inonder mon visage de son sperme abondant. Il m’a regardé pendant un long moment alors que le liquide blanc coulait de mes yeux, de mon nez et de mes joues, le long de mon cou et sur mes seins. J’espérais avoir terminé ma performance humiliante mais évidemment j’avais tort. Juste le temps de nettoyer que Giorgio, inlassablement, était de nouveau sur moi. Il m’obligea de nouveau à prendre son sexe dans ma main afin de l’exciter et quand, il fut de nouveau en l’air, il s’allongea sur le matelas, me forçant à m’empaler devant lui. J’ai commencé un mouvement lent alors que ses mains martelaient mes seins et mes mamelons. Puis il m’a fait descendre sur son ventre, et j’ai compris ses intentions. Par derrière, Franco était monté sur le lit et braquait sa verge sur mon cul. « Oh mon Dieu, la double pénétration, je ne pense pas que je pourrai y résister », ai-je pensé. Je n’ai pas eu le temps de réaliser que je me retrouvais bourré d’un pénis dans la chatte et l’autre dans le cul. Achille filmait tout avec la caméra. Les deux bougeaient à l’unisson en grognant. Bientôt mes deux bourreaux déchargent leur liquide chaud dans mon con et mes entrailles. Je m’allongeai sur le matelas en versant du sperme par tous les orifices. C’était la dernière scène du film : remplie de sperme, avec trois hommes satisfaits autour de moi. Je pensais que tout était fini et je me suis levé pour aller aux toilettes avant de m’habiller. « Où vas-tu, salope ? » J’ai dit que je ne pouvais pas m’habiller si je ne prenais pas une douche avant. Franco a ri « Douche ?! Mais on va faire ça pour toi maintenant, salope !! Allons aux toilettes… pour nous laver tous les quatre ! » J’ai commencé à me lever mais Franco m’a arrêté… « Arrête là… tu es une garce et donc on va t’emmener aux toilettes en laisse… Achille, apporte ici le collier et la laisse de Samson…  » En quelques secondes, ils m’ont mis un collier de cuir autour du cou auquel ils ont attaché une laisse  » Allez comme une bonne fille, viens à quatre pattes dans la salle de bain… ton maître va t’y emmener…  » et m’ont traîné nu et crasseux de sperme, avec mes bas tout sales et à moitié enroulés sur mes jambes, jusqu’à la salle de bain. « Maintenant, nous lavons tous … et tout … même les connards … », a déclaré Franco. « Mais d’abord je dois chier… » Et il s’est assis sur les toilettes, me tenant toujours en laisse. tandis que les deux autres riaient. Franco a fait tous ses besoins puis m’a tiré jusqu’à ce qu’il soit près de moi. « Nettoie-moi le cul, salope ! Obtenez le papier toilette… un seul morceau de papier !! Je te conseille de bien t’en servir, car une fois que c’est fini tu ne pourras plus en prendre… si le trou est encore sale tu finiras de le nettoyer avec ta langue… Voici le bout de papier » dit-il , me donnant ce rectangle de papier puis me levant debout et tournant son cul vers moi. « Nettoie, salope ! Je me suis retrouvé devant mes yeux et mon nez ce cul poilu, puant, aux poils sales de merde. J’ai vomi… Je pouvais à peine me retenir. « Qu’est-ce que tu attends? Nettoyer!!! Si tu ne le fais pas, je te forcerai à tout nettoyer avec ta langue seule… ça commence !! » Je n’avais pas d’échappatoire. J’ai essayé avec le carré de papier d’enlever le plus de merde possible du trou et de l’intérieur des fesses, mais le papier était si petit… Je l’ai plié et plié plusieurs fois jusqu’à ce que ce soit possible… puis j’ai me suis retrouvé dans ma main quelques centimètres carrés tout bourré de merde. L’utiliser à nouveau ne ferait qu’empirer la situation. Je l’ai jeté dans les toilettes. « Bien joué… maintenant nettoie avec ta langue… quand tu auras fini je passerai un mouchoir blanc entre les fesses, juste sur le trou du cul… je veux qu’il reste candide… si je vois ne serait-ce qu’un légère ombre de saleté … tout ce que vous avez fait aujourd’hui n’aura servi à rien … je vous ferai virer quand même !! Alors maintenant, occupez-vous …  » J’avais essayé de nettoyer le plus possible… mais encore quelques bandes de merde salissaient ce cul poilu… et la puanteur qu’il dégageait était insupportable. Je n’avais pas le choix et j’ai commencé à lécher. J’ai léché avec ma langue plate, puis j’ai relevé la langue enroulée comme un cigare pour pouvoir bien nettoyer l’intérieur du trou. Pendant ce temps Franco se tortillait.. et m’exhortait à bien nettoyer. J’ai léché sans relâche pendant au moins un quart d’heure puis, épuisé, j’ai sorti ma langue de ce cul hideux. Franco se retourna : son membre d’acier était étendu devant lui. « Brava, tu me le fais tirer … mais avant de jouir à nouveau dans ta gorge, laisse-moi vérifier le travail effectué ». Il prit un mouchoir en lin blanc et le frotta bien sur son trou du cul. Puis, pas content, il l’enfonça avec son doigt dans le trou et le retourna plusieurs fois à l’intérieur. Puis il vérifia le résultat. « Oui… tu as fait un travail décent… pas parfait… mais discret… j’en tiendrai compte… maintenant tu fais le même travail sur mes deux copains ». Giorgio et Achille réclamaient le même service et le même résultat. Mais Achille, après presque vingt minutes de léchage, n’était pas entièrement satisfait et l’a dit à Franco. « Mauvais… très mauvais… Je vais devoir évaluer ton comportement ce soir… mais je vais essayer d’être compréhensif. Maintenant, terminons ce bel après-midi avec trois beaux becs » et ils me l’ont mis dans la bouche à tour de rôle, m’obligeant à boire tout le sperme jusqu’à la dernière goutte. Je suis rentré chez moi détruit dans l’âme mais aussi dans le physique. Après de nombreuses heures de succion et de léchage, ma bouche était en feu et mes mâchoires étaient douloureuses. J’ai pris un somnifère pour ne pas repenser à ce que je vivais immédiatement, je me suis couché et j’ai essayé de dormir. Le lendemain matin, quand je suis arrivé au travail, j’ai trouvé une note sur mon PC – « TOUT EN PLACE » – Franco n’était pas dans son bureau. Mais j’ai pensé : comment aurait-il pu réparer mon PC infecté en si peu de temps ? Peut-être, le fameux virus… l’avait-il envoyé ? Un petit virus créé exprès pour me faire peur et me forcer à un après-midi de sexe et de chantage ??… mah !?. Cependant, après une vingtaine de minutes, le téléphone a sonné. Elle était la secrétaire du grand patron : le propriétaire de l’entreprise, le patron, voulait me voir ! Je ne l’avais rencontré que quelques fois dans les couloirs de l’usine et je l’avais trouvé sinistre. Sa renommée, cependant, était terrible : il avait des manières bourrues et un congédiement facile. Un vrai maître, de ceux qui étaient autrefois. J’ai couru vers la salle de bain, j’ai essayé de me faire coiffer et de m’assurer que j’allais bien, et je me suis dirigé vers son bureau. Ses trois secrétaires m’ont fait attendre debout quelques minutes. En vain je leur ai demandé s’ils savaient quelque chose, la raison de cet étrange appel, mais ils étaient tous glacials. Pas bon, pensai-je. Finalement l’un d’eux a été prévenu par le grand patron que mon heure était venue et m’a accompagné jusqu’à la porte. A l’intérieur de ce bureau, tout en boiserie et cuir vert bouteille avec une immense bibliothèque, derrière un bureau imposant se trouvait lui, le Commendatore Salvini. Devant le bureau il y avait deux grands fauteuils : l’un était vide, l’autre était occupé mais je ne pouvais pas voir qui était assis là car les dossiers hauts faisaient office de paravent. « Ah, vous voilà, madame Cantoni… levez-vous mais approchez-vous… » Elle avait un regard glacial et sa voix ne promettait rien de bon… Que ce coquin de Franco n’avait pas réparé son pc ? Pourquoi le maître avait-il voulu la voir ? J’étais figé quand, après avoir fait quelques pas pour atteindre le bureau, j’ai vu, assis dans le fauteuil il n’y avait que Franco ! « Donc Mme Cantoni, M. Franco m’a dit que c’est une bonne fille, une travailleuse… mais elle ne peut vraiment pas le faire avec des PC… sans lui, nous aurions eu des problèmes avec un virus qu’elle avait introduit dans l’entreprise… mais monsieur Franco a un coeur en or et, après avoir réparé le pc, il est venu me prévenir. Je voulais la virer de l’entreprise mais il m’a demandé de ne pas le faire… il dit qu’il est le garant et que dans quelques mois il la transformera en une femme super expérimentée en PC. Elle m’a donc demandé – et obtenu – de l’avoir comme secrétaire particulière : elle travaillera immédiatement dans son cabinet sous sa dépendance directe. Le bureau de M. Franco n’est pas grand, mais il y a de la place pour un bureau supplémentaire… Veillez à ne pas le décevoir car sinon il sera hors de l’entreprise en un rien de temps ! Et dites « MERCI » parce que si ce n’était pas pour lui, je l’aurais déjà envoyé à la maison. Remerciez-le, vite ! » « Merci, » balbutiai-je, toujours sous le choc. « Eh bien, M. Franco … maintenant vous pouvez partir … vous à la place, Mme Cantoni, restez ici ». Quand Franco était sorti, le Commendatore Salvini m’a regardé de haut en bas à plusieurs reprises. Je portais un chemisier en nylon rose et une jupe bleu nuit. Je portais des collants foncés et des chaussures à talons moyens… après l’expérience d’hier je ne voulais pas être flashy… à ce moment le sexe et les hommes me dégoûtaient… « Viens ici, à côté de moi ! dit-il d’un ton bourru. J’obéis et allai à ses côtés. Au niveau de la scriuvania il y avait trois grandes photos : dans la première j’étais à moitié nue avec mes bas, dans la deuxième je faisais une pipe , dans la troisième j’étais possédée par Giorgio pendant que je suçais le frère de Franco. « Elle ne sera pas douée avec les PC mais elle peut faire d’autres choses… » J’étais pétrifiée par la situation et je ne pouvais pas ouvrir la bouche. « Relève un peu ta jupe… dès que j’ai beaucoup de choses à faire… » J’étais choquée mais je savais aussi que mon travail ne tenait qu’à un fil… J’ai relevé ma jupe. « Plus plus… » J’ai obéi. « Ah… les femmes d’aujourd’hui… les collants … je déteste les collants… à partir de demain elle viendra au bureau avec des bas et des bretelles, comme j’aime ça, non ? » J’ai hoché la tête. « Eh bien, maintenant déboutonnez votre chemisier et mettez-vous sous le bureau ici … sur vos genoux .. vite !! » Quand je fus en dessous, il ouvrit le rabat de son pantalon et sortit son membre. Il était grand mais flasque. « Vous le lèchez bien, madame Cantoni… les couilles, la hampe et la tête… tout le temps jusqu’à ce que je vous dise… clair ? Maintenant commencez à lécher.. vite ! » Quelques secondes après que ma langue ait caressé ce sexe, le membre a commencé à gonfler et à durcir. J’ai continué pendant longtemps en tant que grand patron engagé dans des appels téléphoniques d’affaires. « Eh bien… maintenant, vous commencez à sucer, Mme Cantoni… et ne vous arrêtez pas tant que je ne l’ai pas commandé, n’est-ce pas ? Quand je viendrai dans sa bouche, elle devra tout avaler… Je déteste voir des restes autour… de mon sperme… et quand elle arrête de sucer ma lymphe tu continues à la tenir dans ta bouche… claire ? Je décide quand m’arrêter « 
Histoire de sexe provincial
Retour en haut