Colocataires (histoire de sexe)

8h00, Federica était déjà rentrée de son footing matinal, elle était adepte de la forme physique, elle adorait sentir l’air frais sur sa peau contre le vent. Il courut environ une heure, toujours dans le même sens, puis il rentra à la maison pour prendre une douche qui, après l’effort, était l’une des choses les plus agréables de la journée.
Elle vivait dans un studio avec sa partenaire d’étude Emanuela, 25 ans comme elle, mais décidément plus paresseuse, et pas sportive du tout.

En fait, même ce jour-là, au retour de la course, Federica a vu Emanuela dormir encore sur le lit.
Federica trouvait absurde qu’à cette heure-là elle dorme encore, elle lui avait toujours proposé d’aller courir avec elle, mais la paresse d’Emanuela était trop forte.
Federica alors qu’elle regardait son ami, elle voulait lui faire une blague, peut-être que la prochaine fois elle serait convaincue d’aller courir plutôt que de paresser au lit.

Elle a dénoué ses baskets, ses chaussettes étaient trempées de sueur, en plus elle les utilisait depuis 4 jours, l’odeur était très forte, elle sentait la puanteur elle-même, un instant elle a pensé que ce qu’elle allait faire était trop beaucoup de mal, mais ensuite elle regarda son amie dormir profondément et pensa qu’elle le méritait.
Elle a enlevé les deux chaussettes et les a soigneusement positionnées juste sous le nez d’Emanuela, qui dormait sur son côté droit, la puanteur l’aurait sûrement dégoûtée et réveillée, Federica en attendant la réaction de son amie a commencé à se déshabiller pour prendre une douche, et en attendant il est allé aux toilettes pour préparer tout ce dont il avait besoin.

En préparant la douche, elle s’attendait à tout moment aux cris de colère de son amie, ces chaussettes étaient dégoûtantes, Emanuele se serait sûrement réveillée avec cette puanteur sous le nez.
Fini de préparer la douche elle retourna dans la chambre, elle était intriguée par le selintus, elle trouvait impossible qu’Emanuela ne se soit pas encore réveillée.
Dès qu’il ouvrit la porte, elle fut surprise par la scène qu’on redoutait devant lui.

Emanuela était éveillée, mais au lieu d’être ennuyée, elle reniflait passionnément les chaussettes de Federica, les frottant sur tout son visage, et d’après les mouvements du drap, il était clair qu’elle touchait son vagin. Quand Emanuela a vu Federica, haletante, elle a dit
<merci… merci…. enfin tu comprends !!>
Federica
<quel Manu ? qu’aurais-je dû comprendre ?>
ignorait totalement tout
<enfin j’adore l’odeur de tes pieds !!>
Federica
<l’odeur ?? Mais ils puent, mais je voulais juste faire vous une blague … !>
l’embarras a enveloppé Emanuela
<comme une blague ? ne l’avez-vous pas fait exprès pour m’exciter ??>
Federica
<être excité ? Mais comment pourrais-je penser que la puanteur des chaussettes pourrait t’exciter ??> Emanuela
<
oh mon dieu, quelle honte !! tes chaussettes, ça m’excite comme un enfer !! En fait, j’adore les pieds, et les tiens le sont fantastique, vous ne savez pas combien de fois j’ai imaginé….

>
elle s’interrompit en réalisant que son amie était choquée
<manu je n’ai jamais rien remarqué…>
Emanuela devint rouge comme un piment, elle ne pouvait plus regarder son amie en face.
Federica, comprenant l’état d’esprit d’Emanuela, a essayé de lui remonter le moral
<désolé Manu, je n’étais pas prêt pour une telle chose, je ne savais pas que tu aimais mes pieds>
voyant que son amie ne parlait pas, elle est venue, s’est assise sur le lit et d’une main il lui a touché les jambes , comme pour la réconforter
<allez ne fais pas ça, c’est juste que je ne m’attendais pas à te voir excitée avec mes chaussettes…>
Emanuela a retrouvé son courage
< Je sais que c’est une chose étrange, je l’ai gardée cachée toute une vie, tu es le seul maintenant qui sait…>
Federica
<Ah bon allez, chacun a ses trucs, ce n’est pas si grave…>
la gêne à ce moment-là était très forte chez les deux amis.

Lire aussi :  Un week-end de sexe inoubliable

Federica était de nature très curieuse, et cette confession lui remplissait la tête de questions, elle voulait en savoir plus sur la passion d’Emanuela, après tout, ils étudiaient la psychologie, et cette découverte était bien plus intéressante que n’importe quelle leçon. C’étaient deux belles filles, Federica très mince, tandis qu’Emanuele légèrement plus grosse, mais toujours attirante, Federica comprenait maintenant pourquoi son amie n’avait jamais eu de petit ami, ce n’était pas son intérêt.

Emanuela <que dites-vous ? Mais cette chose m’intrigue beaucoup … puis-je vous poser quelques questions ?Federica a dit en souriant
<maintenant allez-vous me considérer comme une maniaque folle ?>, craignant d’être considérée comme une folle, a demandé <bien sûr que vous pouvez, demandez-moi n’importe quoi !!> Federica n’a pas eu à le répéter deux fois. La première question était très franche <donc si je comprends bien tu aimes mes pieds, et pas de chaussettes ??> Emanuela <oui, tu as de beaux pieds, je les aime, j’utilise des chaussettes uniquement parce qu’elles sentent comme …> Federica










<pourquoi tu n’arrêtes pas de dire l’odeur ? Je les ai sentis et ces chaussettes puent à mort>
Emanuela
<oui pour tout peut-être qu’elles puent, mais j’aime cette puanteur, je ne sais pas pourquoi, mais j’aime ça !!>
Federica
<mais de la façon dont vous les avez sentis, vous sembliez excité….

>
Emanuela
<ben oui… quand je dis que j’aime ça, c’est parce que ça m’excite..>
Federica
<tu te touchais avant non ?>
Emanuela était un peu gênée, mais a décidé de répondre
<oui c’est vrai, je me touchais, penser que tu as laissé tes chaussettes sous mon nez m’a fait perdre le contrôle, et puis l’odeur était plus intense que d’habitude …>
Federica
<et à quoi pensais-tu pendant que tu te touchais ??>
pendant qu’elle répondait elle a commencé à se sentir plus libre
<Je pensais à tes pieds, je m’imaginais les embrasser, les lécher, les sentir, puis j’imaginais que tu me touchais, peut-être avec la plante d’un pied…>
pendant qu’Emanuela parlait, Federica ne pouvait s’empêcher d’imaginer la scène que son amie décrivait, en peu de temps elle se rendit compte qu’elle devenait excitée, elle n’avait jamais considéré les pieds comme une source de plaisir, mais à ce moment tout semblait très érotique.

Federica a posé d’autres questions, mais plus elle avançait, plus le sujet l’attirait, alors sans trop de mots, elle a demandé
<Je ne me suis pas encore lavé, je pense que mes pieds puent plus que les chaussettes, dis-moi la vérité tu veux les sentir, et peut-être les lécher ??>
il a utilisé un ton espiègle et sensuel, tous les sens d’Emanuela en éveil, il a répondu sans la moindre hésitation
<beaucoup, j’aimerais que vous ne sachiez pas combien, je le voulais depuis un depuis longtemps, et le fait que vous ne les ayez pas encore lavés, rend cela encore plus excitant… ..>
c’était le point de non-retour, et Federica était la pointe de la balance.

Lire aussi :  Un soir à la piscine (histoire de sexe)

La voix de Federica a brisé ce moment de silence
<Eh bien, j’espère que votre attente ne sera pas déçue … ..>
finissant la phrase, elle a levé les jambes, s’est allongée sur le lit et a posé ses pieds nus sur la poitrine de son amie, quelques centimètres du visage. Le nez d’Emanuela fut immédiatement envahi par une odeur aphrodisiaque, la vue de ces plantes parfaites et roses l’excita instantanément, ses doigts nets et émaillés bleu vif furent une invitation à sa bouche .

Elle a immédiatement approché son visage vers son rêve, le contact avec ces plantes l’a douchée de frissons, elles étaient moites, collantes et terriblement odorantes, elle les a attrapées à deux mains, comme si elle avait peur qu’elles s’enfuient, et s’est mise à bouger son visage, se faisant caresser en long et en large.
Federica osservava la sua amica completamente persa tra i suoi piedi , solo quella vista fu sufficiente a far scendere piccole goccie di umore tra le sue grandi labbra , poi divertita ed eccitata disse
<allora come sono??Come immaginavi??>
Emanuela sospirando
<molto mieux….

Faith… ils me rendent fou…. !!>
Federica était incrédule que les pieds puissent créer autant de plaisir, elle a commencé à se demander si elle aussi y aurait goûté.
Elle sentit la langue de son amie caresser ses plantes, c’était une sensation agréable, le goût âcre remplissait la bouche d’Emanuela, et alors qu’elle suçait chaque millimètre de ces pieds sublimes, elle avait presque envie de les manger, le goût était encore meilleur qu’il ne l’imaginait.

Les doigts ont été longtemps aspirés, un par un, Federica était maintenant complètement mouillée de plaisir, elle a vu son amie complètement remplie de passion, elle a pris des expressions très érotiques, et quand leurs yeux se sont croisés, les mots n’étaient pas nécessaires pour comprendre que le leur relation ne serait plus jamais la même.
Le désir de Federica de connaître la sensation que ses pieds pouvaient lui procurer était devenu très fort
<manu, tu veux si j’embrasse tes pieds….

>
son amie qui était occupée à lui sucer le dessous des doigts répondit avec enthousiasme
<bien sûr, même s’ils ne sont pas aussi beaux que les tiens…. >
a enlevé le drap et a mis ses pieds à la disposition de Federica.
En réalité, c’étaient de très jolis pieds, plus petits que ceux de Federica, mais toujours propres, avec de l’émail rouge, la première chose qu’ils ont subie a été un long reniflement. Lodore était assez intense, au début Federica trouvait ça désagréable, à tel point qu’elle bougeait son nez
<la foi pue ?? Tu n’aimes pas ça ??>
Federica
<enfin un peu oui… mais je veux essayer de résister, Je veux comprendre si ça m’excite…>
se remit à les sentir, et lentement cette odeur pénétra massivement dans ses narines, et à sa grande surprise son excitation grandit.

Elle n’a pas pu résister, elle s’est retrouvée obligée de sucer les plantes de son amie, le goût âcre était comme une drogue, plus elle les suçait plus elle en voulait, Emanuela était enthousiasmée par cette situation
<mmm…. être Faith… j’aime ça…. ça te plait ??>
Federica
<be… Manu maintenant je te comprends…. elles sont belles, et le goût comme l’odeur sont excitants…>
les deux amis se sont entrelacés les jambes, et se sont totalement perdus dans leurs pieds, ils ont sucé, léché et humé les semelles, les doigts et le dos, maintenant leur sueur était mélangée à leur salive.

Lire aussi :  Moi, Letizia (la mature) et ma meilleure amie

Toutes deux avaient le vagin débordant d’humeurs, quand Federica a commencé à te toucher avec sa main à l’intérieur de son sous-vêtement, Emanuela n’a pas hésité à la copier, elles ont commencé à se masturber, sans jamais cesser de s’adorer les pieds.
Leurs doigts ont commencé à explorer les grandes lèvres, Federica en avait deux à l’intérieur, tandis qu’Emanuela seulement celle du milieu, mais elle l’a poussée à la profondeur maximale.
C’est elle qui a voulu réaliser son plus grand fantasme
<s’il vous plaît Faith….

Je veux que tu me touches avec ton pied…. allez je le veux sur la chatte…>
sans rien dire ils se sont retrouvés complètement nus sur le lit, l’un admirait le corps de l’ autre, pour Federica tout était si nouveau, qu’elle commençait à douter de sa sexualité, mais ça n’était pas le moment de se poser des questions, il se laissa emporter par ses émotions.
Les deux amies se regardèrent dans le miroir, elles se firent la même chose, Federica lécha le pied d’Emanuela et la masturba de l’autre, tandis que son amie lécha le sien et la masturba à son tour en frottant sa plante tout le long de la chatte.

Sentant la plante mouillée de sueur et de salive au contact du vagin les remplissait de plaisir, rien de tel qu’elles avaient essayé, Emanuela commença à insérer son gros orteil dans le vagin de son amie, qui n’hésita pas à crier son plaisir
<oui…. DAIIII… SIIIIII… Cosssììì… baise-moi…. baise-moi avec le doigtooo… ODDiooo…. AUSSI pour teee…. ecccooooo ..>
voulant rendre la pareille, Federica a fait la même chose à Emanuela, qui a frissonné dès que son gros orteil l’a pénétrée, son rêve s’est réalisé.

Alors que Federica suçait le gros orteil d’Emanuela, elle sentit son pied être enveloppé par une infinité de liquides, elle se rendit compte que son amie avait un orgasme, ce qui fut confirmé par les gémissements qui suivirent
<oooddddddddiiiioooooooo… ..GODDDDDDDOOOOOOOOOOO..SIIIIIIIIIIII !! !!!>
voir son amie jouir l’a fait exploser, elle aussi s’est mise à baver des humeurs sur le pied d’Emanuela
<sssssssssiiiiiiiiiiiiiiiiii…. MÊME IIIIIIOOOOOOOOOO… ..CRISTOOOO… ..MANUUUUUUUUU>
leurs deux cris étouffés sur leurs pieds respectifs, Emanuela mit tous les doigts de Federica dans sa bouche, qui à son tour se déchargea sur le talon de son amie, le mordant avidement.

Epuisés, ils se sont calmés, sont restés silencieux quelques minutes, sont devenus terriblement tendres, se sont serrés les pieds, les ont couverts de doux baisers et les ont sucés.
Federica surprise par cette aventure dit
<Manu, je n’ai jamais aimé ça de ma vie…. >
Emanuela
<À qui dites-vous !!!>
Federica <A partir d’aujourd’hui,
nous allons économiser de l’eau … .. nous n’avons plus besoin de nous laver les pieds … ahahahahahaha !!>
les deux ont commencé à rire comme des fous, puis ils s’embrassèrent, leurs bouches oui ils s’unirent dans un baiser passionné, leurs langues s’entremêlèrent, et ils sentirent les saveurs de leurs pieds se mêler dans leurs bouches.

Ce fut une longue journée de pieds, la douche de Federica a été reportée à 19 heures et Emanuela a cessé de se lécher les pieds juste pour le dîner.

Colocataires (histoire de sexe)
Retour en haut